Quels liens entre l’église intercommunale

Saint-Julien et Saint-Jean Baptiste

de Royaucourt et Chailvet  /  Bourguignon sous Montbavin

et Françoise et Pierre Pottier ?

 

 

 

Préface :

 

        Notre association de sauvegarde du Fort de Condé et des églises et monuments en péril du Sud-Picardie, veille chaque fois qu’elle le peut, selon les divers moyens en subventions, en dons, en bras bénévoles et du mécénat divers des entreprises, à sauver des édifices en grand péril d’abandon.

 

        C’est ainsi que nous avons pu sauver de la ruine et probablement de la démolition cette petite église de Pontséricourt, restaurée au fur et à mesure de nos moyens mis en œuvre.

        L’autel en bois qui était en bon état dans son gros œuvre, convient très bien comme autel majeur dans l’église de Royaucourt. Comme on dit un service en vaut un autre. Nous avions remis en état en 1977-78 l’ancien mécanisme d’horloge avec la petite cloche qui allait avec, dans le donjon du château-fort de Ventadour en Ardèche que nous restaurons depuis 1969 avec l’aide de bénévoles (environ 4 500 depuis 40 ans). Il s’agit d’une association que nous avons créée et à laquelle nous consacrons les 4 mois d’été.

 

        Nous avions connu l’église de Royaucourt à l’époque des travaux de restauration de la flèche de l’église en 1974 (l’entreprise Battais de Compiègne avec qui nous travaillions régulièrement).

        Voyant l’abandon de l’horloge couverte d’excréments de pigeons et la cloche à côté, abandonnées dans les combles à la poussière, nous avons proposé de les remettre en état de fonctionnement. Sur notre demande, les 2 maires de Royaucourt et Chailvet et de Bourguignon sous Montbavin, respectivement Madame VERVA et Monsieur François DEMETZ, avec l’accord de Monsieur Alain GIGOT, architecte en chef des monuments historiques, après délibération du Conseil Municipal, nous lèguent ce matériel en date du 31 mai 1977. Nous les avons remises en état de fonctionnement, l’horloge est dans le donjon du château de Ventadour, à l’abri de la poussière dans une armoire vitrée et la cloche est suspendue dans la charpente et peut même être balancée. Elles sont montrées à tous les visiteurs de passage.

 

 

Françoise et Pierre Pottier

 

 

Introduction :

 

 

       « Né le 1er mars 1935, Pierre Pottier est le fils de l’imprimeur et de la librairie de Villers-Cotterêts. Sa vocation pour les monuments va naître à la vue d’une carte postale montrant l’abbaye de Longpont en triste état. Il a déjà la foi des croisés médiévaux :

 

« Mon sang n’a fait qu’un tour. Les ruines, il faut les sauver, on n’abandonne pas un monument de Dieu. »

 

 Plus tard, il voudra être prêtre-ouvrier et séjourne à l’abbaye cistercienne de Port-du-Salut, dans la Mayenne. Et il entrera à l’usine avec son CAP de mécanicien-ajusteur. Mais, rapidement, sa vocation pour les monuments s’affirme et la ville de Crépy-en-Valois le charge de dégager les ruines de l’abbaye de Saint-Arnoult. En 1965, il obtient, pour cette action, le premier prix décerné par l’émission « Chefs d’œuvre en péril ». Il a restauré trois abbayes en Picardie. Avec le pécule obtenu, en 1968, il achète les ruines du château de Ventadour en Ardèche, pour le compte de l’Association qu’il créa en 1969. »

 

(Article extrait de la revue « Hors série moyen age » « Château de Ventadour » dont les réf seront exposées en fin du 1er paragraphe, ainsi que les coordonnées de l’Association)

 

 

 

- .-.-.-.-.-.-.-.-.-

 

 

 

Françoise et Pierre Pottier sont aussi membres de la commission diocésaine des Arts Sacrés à Soissons.

Claude Leroux, en 2005, (par délégation de l’Association des Amis de l’église Saint-Julien de Royaucourt et des municipalités) propose à la Commission des Arts Sacrés le remplacement de la « table autel » par un autel issu de la modification de l’ancienne chaire de 1924.

Ce projet est refusé , mais Françoise et Pierre Pottier proposent la reprise de l’ancien autel de l’église désaffectée de Pontséricourt (l’un de leurs 20 chantiers de réhabilitation en France). Proposition concrétisée le 15 Juin 2007.

 

 

 

 

 

 

La cloche du campanile :

                                                                                        carte postale (vers 1855) (1)

 


Nous ne savons pas quand il a été construit,

peut-être en 1849 au moment de l’installation

de l’horloge.

 

Il a été démoli en 1959 car il « menaçait ruine ».

La toiture de la nef a été refaite en 1962.

Il n’a pas été reconstruit car les Monuments

Historiques s’y sont opposés « cela altérait

l’aspect architectural global de l’église ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                  31 Mai 1977

        L’acte de donation de la cloche

        et du mécanisme de l’horloge

 

                             à

 

 

         l’Association de sauvegarde

         du château de Ventadour (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accompagnement des visiteurs,

à l’entrée du château de Ventadour par Pierre et Françoise Pottier le 31/08/2008 (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


à droite des poids, fin de l’escalier montant

en haut de la tournelle (donjon)(4)

 

                                               le mécanisme, parfaitement entretenu, est sous verre (5-6)

 

 

 

 

 

 

 

                             la cloche, juste sous la toiture de la tournelle (7)

 

      Cette cloche, destinée à la sonnerie des heures, ne comporte aucune inscription.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ce fascicule (20 pages) est disponible à :

 

Association de Sauvegarde et de mise

en valeur du Château de Ventadour

07380 Pont de Labeaume

 

Tél : 04 75 38 00 92

http://chateau.ventadour.free.fr/

 

     Le château est ouvert aux visites

     de début Juillet à fin Septembre

  lundi au vendredi : 9h à 12h , 14h à 19h

  samedi et dimanche : 15h à 19h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’ autel :

Lors du IIe concile œcuménique du Vatican,

 plus couramment appelé Vatican II,

qui débuta le 11 Octobre 1962

pour s’achever le 8 Décembre 1965,

il fut entre-autre décidé que le prêtre fera

la messe face à l’assemblée des fidèles.

Ayant peu de moyens, la paroisse Saint-Julien

Royaucourt « confectionna » l’autel ci-contre.(8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


         Malgré la tragédie du 30 août 1944, retracée brièvement

dans l’article ci-contre paru dans le Courrier Picard du 20/11/2005

la commune de Tavaux et Pontséricourt n’a pas les moyens

d’entretenir 2 églises. Avec l’accord des autorités religieuses,

l’église de Pontséricourt est désaffectée et vouée à la démolition.

     Suite à l’intervention de Françoise et Pierre Pottier, l’église ne

sera pas démolie, mais consacrée à un lieu de mémoire retraçant

cette tragédie. L’autel principal de cette église ayant intégré

l’église de Tavaux, celui qui y reste est à disposition de P.Pottier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                          (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                          (10)

  Nouvelle édition revue et enrichie du 15/12/2009 (voir rubrique Actualités)

 

Après 1 an de démarches administratives entre les communes de Tavaux et Pontséricourt, Royaucourt et Chailvet, Bourguignon-sous-Montbavin ; la Préfecture ; les Autorités Religieuses ; la D.R.A.C et l’Association des Amis de l’église St-Julien de Royaucourt qui assureront chacun à 50% le montant des travaux de rénovation confiés à Alain Vignette d’Anizy-le-Château ;le nouvel autel sera béni par Mgr Marcel Herriot le 15/06/2007. (11)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


            Abbé                               Père Evêque              Chancelier                     Abbé

Philémon Muaba-Diop                Marcel Herriot      Maurice Trouslard      Georges Delattre

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 (12)

 

 

 

 

 

 

                                    Françoise Pottier                         Pierre Pottier

 

(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10) carte postale et photos Claude Leroux

(11-12) photos Martine Plouvier (Commission des Arts Sacrés)

Claude Leroux

25/05/2009

 

Le DVD de la messe du 15 juin 2007 est disponible auprès du trésorier de l’Association